Orchestre et Chorale Paul Kuentz

Barbara SCHLICK, Christa MENKE, Paul KUENTZ, Adrian BRAND, Philip LANGSHAW. Orchestre et Chorale Paul Kuentz

L’aventure commence en 1948, à la Bibliothèque Nationale de Paris… Un jeune musicien, Paul Kuentz inventorie avidement les fichiers pour y découvrir des oeuvres oubliées. Recherches fructueuses qui ressuscitèrent maintes oeuvres constituant aujourd’hui les bases du répertoire des orchestres de chambre.

En 1950, Paul Kuentz, après avoir obtenu un premier prix de direction dans la classe d’Eugène Bigot, réunit autour de lui de jeunes musiciens pour créer son propre ensemble ; il fonde son choix sur une double exigence : la qualité des instrumentistes et celle des instruments afin d’obtenir non seulement de bonnes exécutions, mais encore un volume sonore riche et homogène. II en naquit un orchestre dont le premier concert, donné cette même année 1950 pour les Jeunesses Musicales de France, grâce à René Nicoly, déchaîna un tel enthousiasme et provoqua un contact si chaleureux et si spontané avec le public qu’il fut le début d’une longue collaboration et d’une grande carrière.

En 1967, l’Orchestre entreprenait, au cours d’une longue tournée, la conquête de l’Amérique du Sud, visitant notamment le Mexique, San Salvador, le Panama, le Venezuela, la Colombie, l’Equateur, le Pérou, l’Argentine, le Brésil. Trois mille personnes enthousiastes l’applaudirent au Théâtre Colon de Buenos-Aires. Lors de son concert à Porto-Rico, il eut non seulement l’honneur d’avoir Pablo Casals pour auditeur, mais encore d’être l’hôte du grand maître.

Le 12 mars 1968, dans le célèbre Carnegie Hall de New York, l’Orchestre remportait un immense succès avec un programme de musique française, et en soliste le grand harpiste Nicanor Zabaleta.

Outre ses tournées de concerts, l’Ensemble a participé à divers festivals, tels ceux de Strasbourg, Bordeaux, Divonne, Versailles, Besançon, Toulon, Chamonix, SaintMaximin, San Sebastian, Bruges, Cambridge, Pompée ; aux festivals parisiens (Marais, Tuileries, Estival) ; aux Nuits de Bourgogne, au Festival Bach à Saint-Donat…

Aux Nuits du Louvre 1973, Paul Kuentz dirige neuf programmes différents en neuf soirées consécutives. II a par ailleurs donné à Paris différentes intégrales dont, en 1962 pour la première fois, l’intégrale de l’oeuvre orchestrale de Jean-Sébastien Bach, exploit qu’il renouvela par la suite à plusieurs reprises, et qui valut alors à Paul Kuentz d’être cité par la revue «Réalité» comme «l’un des cent hommes de l’année».

L’Orchestre Paul Kuentz ne se confine pas dans l’exécution d’oeuvres des XVllle et XIXe siècles. II explore également le champ de la musique contemporaine et fait place en son répertoire non seulement à des oeuvres connues, telles que celles de Milhaud, Daniel Lesur, Jean Françaix, Britten, Bartok, Chostakovitch, Jolivet, Rivier, VillaLobos, Ibert, mais encore à des oeuvres inédites, écrites tout spécialement pour l’Ensemble et à lui dédiées, telles celles de Jacques Casterède, Georges Hugon, Jacques Charpentier, Mario Vittoria, François Serette, Charles Chaynes…

Paul Kuentz a par ailleurs toujours tenté de donner à son répertoire un caractère original, ce qui, par voie de conséquence, détermine également le choix des solistes ; ainsi, à côté de ses collaborateurs habituels (dont Monique Frasca-Colombier, violon solo, et Chantal Perrier-Layec, clavecin), de grands maîtres internationaux, parmi lesquels les harpistes Nicanor Zabaleta et Marie-Claire Jamet, les trompettistes Adolf Scherbaum, Maurice André, Éric Aubier, les organistes Marie-Claire Alain et André Isoir, les flûtistes Jean-Pierre Rampal et Christian Lardé, les clavecinistes Huguette Dreyfus et Luciano Sgrizzi, les guitaristes Narciso Yepes et Alexandre Lagoya, les violonistes Henryk Szeryng et Arthur Grumiaux, les violoncellistes Mstislav Rostropovitch et Jean-Marie Gamard… sont venus contribuer au succès de l’orchestre.